L’ostéopathie à tout âge de la vie 

 

L’ostéopathe choisit la technique la mieux adaptée et la plus confortable pour chaque patient, en fonction de son âge et de sa morphologie et de la zone du corps à corriger. Il peut traiter le nourrisson, l’enfant, la femme enceinte, l’adulte, l'handicapé et la personne âgée, comme le sportif.

 

L'ostéopathie et les sportifs

 

Toutes perte de mobilité articulaire, musculaire, ligamentaire et même viscérale provoque un déséquilibre de l'état de santé du sportif. Ce déséquilibre se manifeste par différents symptômes pouvant aller de la simple contracture à la douleur chronique altérant les performances du sportif.

 

Par son action spécifique sur le corps dans sa globalité, l'ostéopathie permettra de traiter les véritables causes des douleurs limitant la pratique de l'activité sportive. Elle améliorera le potentiel et la puissance musculaire ainsi que la souplesse articulaire et la capacité respiratoire du sportif. Elle aura également un effet positif sur la concentration de ce dernier avant l'épreuve et favorisera une meilleure récupération après l'effort.

Quand consulter ?

 

  1. A titre préventif

 

Tous les sports imposent à l'organisme des contraintes, plus ou moins importantes selon le sport pratiqué. C'est pour cela que l'ostéopathie pratiquée en prévention permet aux sportifs d'éliminer ces contraintes et de rester ainsi performant toute la saison.

 

  2.  A titre curatif

 

Pour rééquilibrer de façon très précise les axes articulaires qui ont été perturbés par un choc, après une fracture, une entorse, une opération chirurgicale afin d'aider à une bonne cicatrisation et aussi pour effacer les traumatismes anciens.

 

  3.  Mais aussi en cas de :

 

  • chutes sans traumatismes osseux ni lésions visibles sur une radio 

  • douleurs articulaires diverses 

  • tennis elbow, talalgies, pubalgies, périarthrites, épicondylites 

  • essoufflement à l’effort, “point de côté” 

  • sciatique, cruralgie, cervicalgie, dorsalgie, lombalgie 

  • maux de tête, troubles de l’équilibre, vertiges 

  • mauvaise récupération entre les épreuves 

  • stress, manque de concentration, troubles du sommeil...

 

L'ostéopathie et les personnes âgées

 

En vieillissant, le corps est sujet à des transformations qui, progressivement, entrainent des diminutions de l’ensemble de ses fonctions, favorisant l’apparition d’incapacités. Une personne âgée peut se voir au fur et à mesure du temps, privée de ses repères, de son potentiel à communiquer correctement avec son entourage et être exposée aux chutes. Elle se retrouve ainsi restreinte dans les actes de sa vie quotidienne.

 

Ces restrictions peuvent dès lors engendrer perte d’autonomie et isolement, et avoir une incidence non négligeable sur le plan psychologique et social. Être suivi le plus tôt et le plus régulièrement possible par un ostéopathe permet de retrouver et de renforcer ses fonctions en travaillant sur la mobilité générale de son corps.

 

Promouvoir le « mieux vieillir » en maintenant un bon état global, physique, et psychique de l’individu par une action de prévention tout au long de la vie, garantit son capital santé. Par exemple, les traitements ostéopathiques améliorent l’équilibre, diminuent les douleurs ressenties à court et long terme et ainsi participent à l’amélioration de la qualité de vie.

Trois niveaux de prévention pour promouvoir le « mieux vieillir »

  • La prévention primaire a pour but de maintenir en bonne santé. Effectuée régulièrement, elle permet d’éviter l’apparition de troubles fonctionnels. Le senior entretient souplesse et équilibre pour pouvoir vivre sans contrainte.

 

  • La prévention secondaire soigne le trouble fonctionnel qui est apparu avec le temps ou suite à un traumatisme corporel, et permet d’éviter rechutes et récidives. Lorsqu’un trouble fonctionnel survient, le suivi ostéopathique permet d’éviter la propagation des maux apparus en d’autres points du corps. Par exemple, une chute peut entrainer un mal de dos, qui mal soigné, peut engendrer des maux de têtes. Ainsi, l’ostéopathe normalise les aléas traumatiques articulaires, freine les impacts infectieux, viraux ou cicatriciels et maintient la mobilité viscérale pour prévenir la dégénérescence des tissus.

 

  • La prévention tertiaire minimise une pathologie déjà présente et cherche à diminuer l’invalidité du patient. Lorsque la maladie est présente, le praticien soutient la santé en minorant les différents troubles annexes et conjoints. Une entorse de la cheville, un lumbago ou une douleur ne peuvent que rajouter à la peine d’une personne atteinte de Parkinson, d’insuffisance respiratoire ou d’un cancer. Lutter efficacement contre les effets néfastes du vieillissement passe obligatoirement par le maintien d'un équilibre postural aussi parfait que possible. Plus tôt la prise en main s’effectue, plus les chances d’éviter une perte de mobilité importante augmentent. Œuvrant dans le domaine de l’innocuité et de la douceur, l’ostéopathie dans sa philosophie, partenaire de santé efficace tout au long du parcours de vie et de ses risques, propose une réponse pour maintenir le bien-être quelque soit l’âge.

L'ostéopathie et les handicapés

 

L'altération voir la perte de mouvement créée par le handicap est liée à une perturbation  des échanges nerveux et nutritionnels au sein des tissus. Le corps, afin d’assurer un fonctionnement correct, met en place des compensations. Par des techniques de mobilisations douces, l’ostéopathe va remobiliser les zones altérées.

En levant ces barrières tissulaires et cicatricielles, l’information retrouve une liberté de circulation. Les tissus, ainsi libérés de leur tension, retrouvent non seulement une nutrition correcte, mais permettent aussi une mobilité passive des membres plus aisée donc moins pénible pour la personne.

L'ostéopathe stimule les organes et viscères permettant de limiter, voir éliminer des troubles tels que constipation, ballonnements qui sont favorisés par l’absence de mouvement.

Le travail ostéopathique permet également un rééquilibrage du corps dans son ensemble, et un relâchement musculaire des zones hyperactives comme par exemple les épaules chez le paraplégique.


«  La vie c’est le mouvement  » Andrew Taylor Still

L'ostéopathie et les femmes enceintes

 

Lors de la grossesse, la femme enceinte peut souffrir de douleurs diverses telles que :

 

  • lombalgie

  • migraine

  • problème circulatoire

  • trouble digestif...

 

L'ostéopathie est en mesure de soulager ces douleurs en agissant sur les zones en souffrances, qu'elles soient articulaires, musculaires, ligamentaires ou vicérales. Elle aura une action sur la future maman mais également une action extrêment douce sur le bébé.

 

En effet, l'ostéopathie va agir à la fois:

 

  • sur le contenu c'est-à-dire le bébé et les organes environnants

  • sur le contenant c'est-à-dire les structures osseuses et musculo-ligamentaires

 

L'objectif étant d'harmoniser l'un avec l'autre.

L'ostéopathie et les nourrissons

 

L’accouchement est le premier des traumatismes pour le bébé. Trop long ou trop court, il peut perturber le fonctionnement normal des structures crâniennes et en perturber le développement. Difficile, il nécessite parfois l’emploi de spatules, ventouses ou forceps, qui vont influer sur la mobilité des jonctions des os du crâne et occasionner des troubles fonctionnels immédiats ou ultérieurs.

 

Souvent, les nouveaux nés naissent avec la tête un peu déformée, le crâne en obus, un oeil plus fermé que l’autre, une oreille plus en avant que l’autre, le nez un peu écrasé… Les parents s’entendent dire que cela se remettra tout seul. Pourtant il en résulte souvent une ou plusieurs dysfonctions ostéopathiques pouvant générer des troubles fonctionnels.

 

Apprendre à observer son bébé et consulter quand :

 

  • il se cambre en arrière lorsqu’on le prend dans les bras ou pendant la tétée

  • le bébé est crispé (bras et/ou mains raides)

  • il sursaute au moindre bruit et montre de petits tremblements

  • il est atone et a du mal à tenir sa tête

  • il pleure tout le temps

  • il dort très peu

  • il régurgite

  • il ne digère pas et il est agité après la tétée

  • il a du mal ou met un temps infini à téter

  • il use ses cheveux derrière la tête de façon asymétrique

  • il a une mauvaise position et/ou une asymétrie des hanches, des membres inférieurs ou des pieds

  • il met toujours un bras en arrière

  • il tourne toujours la tête du même côté et dort toujours du même côté

  • il garde un strabisme divergent ou convergent de façon permanente

  • il a des troubles ORL à répétition : otites, bronchites à répétition, respiration bruyante...

© Ostéopathe Poissy - Benjamin Lamanda. Créé avec Wix.com

Sources : - UFOF

                - http://www.osteo-granville.fr

                - Comprendre choisir

                - Ville de Poissy